L’adolescence est une période charnière et délicate. Plus vraiment enfant, pas encore adulte, l’adolescent pour grandir doit se séparer d’une vision enfantine de ses parents et construire sa propre identité. Cette tension peut parfois se manifester bruyamment (disputes récurrentes à la maison, sentiment des parents de coupure de la communication, usage intensif des jeux vidéo, addiction à l’alcool ou au cannabis, comportements à risques, etc.). Il n’est pas toujours facile pour les parents de différencier une «crise d’adolescence» qui teste les limites, d’une souffrance inquiétante dont il faudrait aider l’ado à se sortir. Mais les difficultés de l’adolescent sont parfois aussi silencieuses (isolement, manque d’entrain, enfermement, difficulté à lier avec les autres, etc.). Que faire alors ?

Le psychologue peut recevoir l’adolescent avec sa famille lors de la première consultation, puis l’adolescent seul et proposer ou non une prise en charge par la suite selon son appréciation de la situation. En général, c’est justement ce critère de souffrance qui peut être un bon indicateur.
La thérapie de l’adolescent repose sur une écoute chaleureuse et réactive, sans jugement qui doit permettre à l’adolescent de s’approprier l’espace des séances comme sien. Il doit sentir qu’il peut s’ouvrir et se confier sur ses inquiétudes, ses difficultés, ses angoisses, ses colères en sachant que ses paroles ne seront pas répétées. Mettre des mots sur ses ressentis, mettre de l’ordre dans ses émotions au sein de cet espace protégé est la composante essentielle de la prise en charge de l’adolescent qui l’aidera à se construire un espace psychique interne sécurisant et solide.
La prise en charge est adaptée à ses difficultés et aussi à son besoin de se responsabiliser, de se sentir investi dans la construction de son identité et de son bien-être. Le thérapeute, en plus de l’écoute, pourra faire appel à des techniques de relaxation, s’appuyer sur la médiation par l’art thérapie, proposer des auto-questionnaires destinés à ce que l’adolescent, en s’évaluant lui-même, puisse prendre conscience de certains fonctionnements. Des séances familiales peuvent être organisées exceptionnellement avec l’accord de l’adolescent. La règle fondamentale restant que si le thérapeute sent l’adolescent en danger, il prendra les dispositions nécessaires pour avertir la famille et organiser une prise en charge plus soutenue (avec la mise en place de relais si nécessaire).

Quelques raisons qui peuvent nécessiter une consultation chez l’adolescent :

 

  • Difficultés scolairesflower
  • Questionnement sur l’orientation
  • Addiction et dépendance (jeux vidéo, cannabis, alcool, troubles alimentaires, etc.)
  • Difficulté de communication au sein de la famille
  • Questionnement autour de la sexualité
  • Comportements à risque, passages à l’acte, impulsivité
  • Plaintes corporelles
  • Isolement
  • Difficultés relationnelle
  • Questionnement sur le sens de la vie, les valeurs, les limites
  • Harcèlement dans le milieu scolaire